RETROSPECTIVE DU CLALS





Voici les témoignages de Jean Yves Masset, fondateur du CLALS, d’Andrée Boullet et de Michel Pezon anciens présidents.



***********

Témoignage d’Andrée Boullet.



Les 30 ans du Cercle. Déjà !



Cela semble loin et si présent à la fois. Il nous a été demandé, à nous, ceux de la première heure, de parler de ces trente ans. Une rétrospective totale est quasi impossible tant elle serait fastidieuse pour le lecteur et surtout pour les nouveaux adhérents qui n'ont pas connu ces moments-là.



Je vais donc apporter ma contribution personnelle en résumant, autant que cela puisse se faire, mon vécu au sein du CLALS pendant un certain laps de temps, laissant à ceux qui m'ont précédé et succédé le soin d'apporter le leur.



J'ai capté un jour sur les ondes cette phrase : « ce sont les archives qui font l'histoire ». J'ai conservé et la phrase et les archives, ces dernières pendant un peu plus de 20 ans. La tentation, à laquelle je ne succomberai pas, serait alors de dire : reportez-vous à la circulaire de 2001 énonçant succinctement les 21 ans de notre action culturelle ou bien : reportez-vous aussi à ce gros livre d'une partie des archives qui sera mis à disposition et que vous pourrez feuilleter le jour anniversaire de ses 30 ans. Articles de presse et photos de nos manifestations sont plus parlants qu'un long discours pour informer les nouveaux adhérents, ou bien encore replongez-vous, pour ceux qui les ont conservés, dans les bulletins. Tout y est. Ils sont aussi archivés et vous pourrez également les feuilleter. Il en manque quelques-uns par contre il nous reste plusieurs de ceux qui seront présentés. Si des personnes sont intéressées nous pourrons leur en fournir un exemplaire.

Les archives sont ponctuées de photos d'oeuvres des artistes qui ont exposé au cours de nos diverses manifestations et qui nous ont laissé leurs traces. Certains s'y reconnaîtront....



Il y eut trop de belles manifestations et trop de contacts chaleureux que nous ne pouvons passer sous silence. Et puis dix années se sont écoulées depuis cette circulaire. D'autres activités se sont multipliées avec d'autres responsables toujours bénévoles et toujours aussi enthousiastes pour ouvrir la voie de la culture avec tout ce qu'elle comporte dans sa diversité et sa créativité, qu'elle soit poétique ou musicale, littéraire ou théâtrale afin de pérenniser l'amour de l'art, tel que l'a conçu son créateur Jean-Yves Masset. Laissons-leur le soin d'y ajouter les 10 dernières années.



Il y eut beaucoup de tout cela pendant 30 années au CLALS et il y en aura encore beaucoup d'autres nous l'espérons. Alors ce passé, parlons-en.


Il y eut....1980 la création du CLALS (Cercle Littéraire Artistique Léman-Savoie), avec son siège à Allinges, délégation de l'ANLAM (Association Nationale Lettres Arts Musique) par J.Yves Masset qui constitua sa première équipe :

Sylvette Bayol (chargée des lettres) qui assurait, tour à tour avec le président, les comptes-rendus de réunions, à la main !...

Jean-Claude Dentand, trésorier, puis Michel Gruaz qui vint à sa suite.

Et moi-même.

Au fil des ans, les impossibilités des uns, la possibilité des autres, virent se joindre au Cercle Jean Régaissé comme trésorier et Anne-Marie son épouse qui assurait l'intendance dans l'organisation des repas et buffets de nos manifestations.



Il y eut.... les délégués locaux organisant des manifestations au nom du Cercle :

Daniel Morandi à Annemasse.

Richard Didillon à Chamonix.

Egy Cachat à Bonneville.

Jean-Claude Moisson à Cranves-Sales.



Et les sympathisants fidèles à toutes nos manifestations pour donner le « coup de main » : Mme Henion alias Mamy Fée, Richard Jullien, Jacques Doux, Tamara Chirinski, j'en oublie sans doute....

Il y eut... en 1984 un changement de présidence. Pour cause de santé de J.Yves Masset, j'allais en assurer la charge et le secrétariat, et au fil des ans sont venus se joindre à nous :

Robert Mercier-Gallay, vice-président et responsable des expositions permanentes dans les restaurants et les banques.

Willy Tijs, trésorier et responsable des voyages culturels.

Roger Vittet, trésorier-adjoint.

Catherine Pizzimenti, responsable des expositions à Allinges « l'Art'llingeoise ».

Raymonde Carrier, responsable des cours de dessin et peinture.



Il y eut... en 1986 la création d'une galerie-artothèque à Thonon, chemin de Froid-lieu dans les locaux aimablement mis à notre disposition, sur deux étages, par l'artiste-photographe Michel Boisgontier, et Suzanne Boisgontier sa mère.



Il y eut...en 1994 une nouvelle structuration du CLALS qui abandonna ses statuts de délégation de l'ANLAM pour être Association loi de 1901. Ses buts restent les mêmes. Je donne ma démission de présidente pour m'occuper du secrétariat, du lancement d'un bulletin trimestriel du Cercle et des expositions permanentes ne pouvant plus être assurées par Robert Mercier-Gallay.

- Jean-Yves Masset reprend la présidence (Il n'était pas demeuré inactif pendant ces 10 ans car il était responsable de toutes les activités allingeoises, autrement dit de plus de la moitié des manifestations).

- Avec l'aide de José Murer, secrétaire-adjoint, nous lançons en janvier 1995 le premier bulletin du CLALS.



Il y eut.... « L’Art des Champs » et « L'Art des Villes ». Excusez-nous Mr. La Fontaine.

Pendant ces vingt années nous travaillames en étroite collaboration avec quelques municipalités pour nos salons d'été et soirées-poésie :

Evian : 1983, notre première soirée poétique en avril à la bibliothèque -

- 1989 « Estivale d'Art contemporain » au Palais des congrès.

- Et par la suite l'exposition des « Peintres du Léman au Mont-Blanc ».

Thonon : 1987, Salon « Art Présent » à la Visitation avec animation poésie-théâtre-magie-musique.

- 1996 à la Visitation « Décors peints en trompe l'oeil » par l'Institut Supérieur de Peinture Décorative de Paris – Week-end poésie en présence de Jean-Pierre Rosnay - Démonstration du métier d'automatier par M.et Mme Laurent, créateurs de la si jolie « Joueuse de Tympanon » (couverture du bulletin N°5, 1er.trimestre 1996).

- 2002 aux Ursules : manifestation franco-japonaise « clin d'oeil sur le Japon du XI° siècle » organisée par Danièle Gantin.

Yvoire : Exposition d'arts plastiques au musée, tout l'été pendant plusieurs années.

Et sur les cimaises du restaurant Le Bacouni.

Bonneville : Exposition d'été au Vieux Château, puis à l'Agora organisée avec l'aide de notre déléguée Egy Cachat.

Chamonix : Exposition avec l'aide de notre délégué Richard Didillon.

Mégevette : Exposition d'été en montagne.



Une parenthèse pour dire que sept artistes du Cercle ont participé, en 1988, à la Biennale Internationale Québec-France organisée par l'ANLAM.



Il y eut... les voyages culturels organisés par Willy TIJS, aux Pays-Bas en 1989, en Hongrie en 1990, en Belgique, Allemagne et Pays-Bas en 1992.



Il y eut... les coups de pouce aux jeunes créateurs, toutes disciplines confondues : Julien Quentin (piano), Christian Danowicz (violon), Patrice Bourgeon (guitare)



Il y eut... en 1999 le changement de présidence. Jean-Yves Masset passe ses pouvoirs à Mme Roselyne Carrier-Dubarry laquelle deux ans plus tard, pour cause de déménagement, les passe à Michel Pezon qui forme une nouvelle équipe avec :

Michel Loiseau, vice-président

Michel Mora, trésorier.

Les trois M. et pourquoi pas quatre si j'ajoute Moi pour le secrétariat pendant quelque temps.



Il y eut... les soirées-poésie, entre autres, des quatre saisons à l'initiative de Michel Pezon :

Le printemps à Orcier-Col du Feu

L'été sur la colline des Châteaux à Allinges

L'automne à Orcier

L'hiver au Château de Ripaille à Thonon.



Et les soirées-poésie à l'initiative de Charles Beloin les 1er.août de chaque année à Château-Vieux à Allinges.





Le siège social du CLALS étant à Allinges, il serait injuste de ne pas nommer les maires et les Pères (sans jeu de mots) de cette commune qui nous ont tant aidés dans la réalisation des manifestations :

Il y eut....dans l'ordre des maires : Mme Aimée Charvier, M. Gérard Duvaud et M. Jean-Pierre Fillion,

Et... les Pères missionnaires de St.François de Sales mettant à notre disposition leur grange et leur chapelle pour nos prestations poétiques et musicales, mais aussi un local pour les expositions d'été de l'Art'llingeoise.



Il y eut... Danièle Gantin qui prit le relais du bulletin au 2ème trimestre 2002 et qui organisa, à Thonon et autres communes environnantes, avec l'aide de Michel Pezon, une grande manifestation « Clin d'oeil sur le Japon de XI° siècle ».



Voilà j'arrive au bout de l'énumération longue mais cependant succinte des personnes connues et des manifestations vécues pendant les quelques vingt années actives passées au sein du Cercle dont je reste une fidèle adhérente.



Allons ! encore une fois... pour le plaisir,

Il y eut....aussi le matériel : la plume du début a fait place à la petite machine à écrire Japy puis à l'ordinateur : De l'ancêtre du bulletin écrit à la main, qui à l'heure de l'iPead vous fera sourire si vous feuilletez les archives, au bulletin d'aujourd'hui tout en couleur, que de chemin parcouru!



Merci à Denise Ruffier, responsable aujourd'hui du bulletin, de l'illustrer si joliment. Quelle frustration pour nous les « anciens » de n'avoir eu cette possibilité de colorer les nôtres pour les rendre plus attrayants et, pourquoi pas, plus digestes. Parler de Monet sans y joindre ses nymphéas était torturant. Cela n'a cependant pas entamé notre moral et si vous vous reportez au N° 9 du bulletin en 1997, ou bien dans les archives à compulser, vous y trouverez sous le titre « les dessous inconnus d'un petit journal » les péripéties en noir et blanc de l'établissement du bulletin, et dans le N° 24 un hommage à ceux qui ont oeuvré dans l'ombre comme l'ont fait André et Valy Kemmler, si fidèles et si patients pour relire les textes des uns et des autres.

Andrée Boullet





Témoignage de Jean Yves MASSET, fondateur du CLALS.



Le travail de synthèse, minutieusement harmonisé par Andrée Boullet pour dégager l'ensemble des temps forts du Cercle qui nous rassemble depuis les années 80, avec le concours de celles et ceux qui l'ont fait vivre ou assurent son dynamisme encore aujourd'hui, nous rappelle combien la qualité de la relation humaine est importante pour que s'instaure le partage créatif.



Revenons aux origines de notre élan collectif : arrivé en Chablais en 1968 après, déjà, quelques années de « vol culturel » dans le centre de la France, l'idée de prolonger une action en terre savoyarde n'est venue que très progressivement, faisant son chemin petit à petit au contact de l'enthousiasme des uns et des autres, au fil du temps. Il ne s'agissait certainement pas de « plaquer » un « artifice » venu de l'extérieur ou de doubler les actions culturelles associatives déjà existantes, souvent dynamiques et auxquelles d'ailleurs, pour beaucoup, j'adhérais pleinement. Il s'agissait d'assurer les bases d'une démarche culturelle, nouvelle certes, mais perçue comme complémentaire et, dans la mesure du possible, en complicité avec la réalité associative et publique locale. Douze années ont ainsi conduit le CLALS sur les « fonds baptismaux ».



C'est en 1980 que l'Association Nationale Lettres Arts Musique déclare ouverte sa délégation en région Savoie-Léman en me faisant l'honneur de m'en confier la responsabilité. Je tiens à dire ma reconnaissance à tous les soutiens venus alors conforter le dynamisme naissant, et ils ont été nombreux ! Parmi eux relevons simplement celui d'Anne Lee, artiste peintre de grand talent et femme humaniste au grand coeur, aujourd'hui disparue et alors présidente de la Société des Arts de Thonon. La chaleur de ses propos et ses voeux de « bon vent » à l'action naissante ont été précieux ; le courrier, versé aux archives, en est le vibrant témoignage.



Basée à Allinges, l'action du CLALS a bénéficié du concours actif des maires successifs et de leurs conseils municipaux. Il faut aussi souligner l'appui de nombreuses autres collectivités publiques « points de chute » d'action du Cercle, à commencer par Thonon, capitale du Chablais, cadre naturel de réussites culturelles importantes dont certaines à notre initiative. N'oublions pas Yvoire où le Cercle a organisé, au Musée, d'importantes expositions d'art contemporain. Et c'est parti ! La suite Andrée vous la raconte et, sans nul doute, chacun peut en raconter beaucoup tant le vécu a été intense. Rien n'aurait été possible sans chacune et chacun des participants à cette aventure collective. Ils étaient là avec leurs talents propres et leur générosité, parfois en lumière et souvent dans l'ombre, pour que vivent les projets mis en oeuvre !



Au fil du temps se sont succédés les Carrefours des Métiers d'Art, les Festivals de Chant Choral (ou « Choeur de Savoie ), les Expositions d'Art, les Soirées Littéraires et Poétiques, les Promotions « Jeunes talents », les Concerts Musicaux, les Voyages Culturels, la galerie Artothèque, etc... Il faut bien-sûr souligner qu'Allinges est resté le « point d'orgue » en accueillant de nombreux évènements : Les arts de l'Auvergne, de la Bourgogne, des Dom-Tom, le Choeur de Crimée, le Choeur Balassa-Balint d'Esztergom en Hongrie, le Choeur des étudiants allemands d'Alttöting, les Petits Chanteurs à la Croix de Bois, le Choeur des Enfants Chantants de Bondy, les Choeurs et Ballets Mongols, le Choeur d'opéra moderne de Michel Pelletier avec Marie Gaël, l'Ensemble Instrumental de Lyon-Région, le Choeur Coro Ezolin (Italie), etc....sans oublier une multitude de groupes musicaux et vocaux de la région. Je n'oublie pas le concours des villes d'Evian, Annecy, Chamonix, le Lyaud, Mégevette, Genève, St.Gervais, St.Julien, Bonneville, Orcier, Morzine qui ont accueilli des propositions du CLALS.



Disons notre reconnaissance à M. Jack Lang qui, le premier, avant que ses successeurs « emboîtent le pas » a accordé le patronage du Ministère de la Culture au « Choeur de Savoie ». Mais cette reconnaissance va aussi à toutes ces « petites mains » se conjuguant dans de grandes actions : à l'installation et la mise en place des manifestations, à l'accrochage des expositions, à l'accueil du public, à la réalisation et l'installation des repas, aux tâches de paperasserie et à la diffusion des informations, à l'hébergement des artistes, etc....



Pour en revenir aux origines, n'oublions pas Jeff Eychegut, alors président de l'Association Nationale Lettres Arts Musique,  qui en nous assurant de sa confiance en 1980, est aussi pour une bonne part dans ce que nous vivons aujourd'hui. Il faut bien-sûr y associer son ami (et notre ami !) Jacques Bernard, homme de théâtre et infatigable président de l'Académie Littéraire et Artistique de Haute-Loire ; nous ne sommes pas prêts d'oublier la qualité de ses interventions à Thonon et Allinges. Jeff et Jacques ont apporté un concours déterminant au contenu de nos salons nationaux et internationaux d'Allinges, Thonon et Evian.



Je dois aussi dire tout ce que nous devons à celles et celui qui, après moi, ont eu la responsabilité du CLALS :



- Andrée Boullet dont la plume sait manier l'humour et l'information, toujours à l'écoute des créateurs, au cœur de l'action dans ses relations accueillante jusqu'à en bouleverser son propre domicile. Créatrice du bulletin et première responsable de sa rédaction, organisatrice du Salon « Art Présent » à Thonon et du Salon International d'Evian, entre autres...



- Roselyne Carrier, assure la présidence la plus courte mais qui se caractérise par un esprit « fonceur » dans une fougue d'action « à tout rompre ». Une personne remarquée dans l'actualité culturelle locale.



- Michel Pezon, chaleureux dans le verbe poétique, il sait aussi être rigoureux dans les choix et les méthodes d'action qui sont notamment déterminantes dans les relations culturelles avec la cité Thononaise. Initiateur des expositions à la Chapelle St.Bon et co-organisateur de la manifestation d'Art japonais à Thonon, entre autres....



- Isabelle Dumas (Zaza pour les intimes...dont nous sommes tous !). Toujours « sur la brèche » au coeur d'une multitude d'actions sociales, culturelles et humanitaires. Aussi conviviale que passionnée, elle nous invite à la suivre dans une démarche ouverte au plus grand nombre. Partageons son plaisir d'agir pour faire plaisir.



Et maintenant....

Au seuil des 30 ans, le Cercle s'inscrit naturellement dans le partage culturel local et régional. Isabelle et son équipe poursuivent une action ouverte, chaleureuse et dynamique.

A Allinges se poursuivent des traditions qui parfois se parent d'une belle fraîcheur, notamment :



- Les expositions de l'Art'llingeoise accueillent les œuvres des artistes tout au long de l'été sous « l'œil avisé » d'Arlette Compan.



- La veillée « Poésie et Humour » rassemble le public fidèle chaque début d'août, aux Châteaux.



- Les festivals de chant choral de la fin de l'année perpétuent avec bonheur la traditionnelle « Fête de l'Amitié Chantée ».



- Les concerts et prestations musicales ponctuelles s'ajoutent à ces temps forts (et la harpe de Myriam Auf Der Mauer n'est pas loin !).



A Thonon, entre autres :

- Au mois de juin se tient, à la Chapelle St.Bon, l'exposition des artistes participant à l'atelier du CLALS sous la houlette compétente de Lyne Gaël-Galand.



- Le Château de Ripaille accueille régulièrement un important moment musical avec le concert des élèves de l'Ecole de Sion.



- A Champanges est née une nouvelle délégation du CLALS sous l'impulsion de Denise Ruffier, poète et peintre du lieu mais également trésorière en exercice de l'Association – Soirées culturelles, poétiques et musicales animent la vie locale. Là encore il faut souligner l'appui de la commune convaincue de l'importance de l'apport culturel en milieu rural.

Denise Ruffier est aussi la responsable de rédaction du bulletin... à la satisfaction de tous ! Un éloquent résultat qui se passe de commentaires superflus. Bravo Denise et merci pour ton engagement !



Il y aurait encore tant d'amis à remercier, tant de choses à dire pour être complet ! Pardon d'avoir dû restreindre ces propos en faisant l'impasse sur tant d'actions et de contributions, mais les omis dans ces quelques lignes ne sont pas oubliés pour autant – Je sais qu'ils sont là et qu'ils seront là pour fêter ces 30 années de vie culturelle.



30 ans, le bel âge !

Celui d'une jeunesse encore si présente et d'une maturité qui s'affirme.

Bon vent créatif à tous et belle vie au CLALS.


Jean Yves Masset





Témoignage de Michel Pezon :

Que de choses à se dire, que de choses à écrire.

Mais quoi donc ajouter après ceux-là mêmes qui l'ont pensé, cogité, qui l'ont créé avec tout le talent et tant de foi et d'amour de l'art quel qu’il soit, non seulement une réalisation dans la réussite d'un projet mais l'on peut dire qu'il ne finit pas.



Merci donc à Jean-Yves Masset pour avoir mis au jour et élevé, n'épargnant aucun détail, ce que l'on pourrait appeler son enfant.

Merci également à Andrée Boullet prise dans l'engrenage et le tourbillon. Agréables moments mais sans doute, comme pour son président de l'époque, beaucoup de soucis et toujours dans le bénévolat bien sûr.



Quant à moi-même ! On me demande de faire allusion à mes meilleurs souvenirs de ma présidence. Là aussi d'agréables moments certes, ils sont nombreux mais mes prédécesseurs les ont déjà cités tous à leur tour sur ceux-là mêmes, vécus ensemble ou presque.

Je ferai une allusion affectueuse à Madame Jany Gobel qui m'a redonné l'envie et l'amour de me remettre à la poésie, acceptant de venir à la maison avec quelques amis. Enseignante, ils en ont eu de la chance de l'avoir en qualité de professeur tous ces jeunes élèves, reine de l'acrostiche ! Je n'oublie pas mon vice-président et poète Marcel Maillet, ainsi que Danièle Gantin, Jeannette Prost, Alban Lenta et Magali Modaffari sa fille qui, ces derniers, ont pris une part active pour organiser un concert annuel de violon des élèves de l'école de musique de Sion au Château de Ripaille.



Et puis parmi les meilleurs :

- Le voyage à Marseille à l'Ambassade du Japon avec Danièle Gantin et son époux pour la manifestation « Clin d'œil sur le Japon du XI° S. ». Réception par la suite de Mr. Le Consul et de son homologue de Genève. Ouverture donc à la littérature japonaise avec son roman du Dit du Gengi Monogatari. Ce roman est l'un des chefs d'œuvre de la littérature romanesque japonaise. Voilà 1000 ans que dame Musaraki Shikibu (archives mars 2002) a fermé ses beaux yeux, mais que sont 1000 ans dans l'éternité des temps ? Bien longs peut-être ou si courts ? Comment ne pas penser à Cocteau dans son œuvre intitulée Orphée : A l'heure où le poète meurt : « Non ne pleurez pas mes amis, le poète ne meurt pas, il fait simplement semblant. »

Je pense pour ma part qu'il en est de même pour le sculpteur, le peintre, le musicien, le chanteur, le comédien, l'écrivain et j'en passe en ayant les plus amicales pensées pour tous ceux qui ont su avec tout leur cœur animer les soirées de leurs talents respectifs et faire en sorte que cet anniversaire fasse que nous leur criions merci, et encore !



- J'ai eu l'immense plaisir et le grand honneur de faire ouvrir la porte de la Chapelle St.Bon à Thonon, square Jacquier, pour en faire un lieu d'exposition des artistes du Cercle et depuis ouvert au public. Cette petite chapelle est le dernier vestige d'une époque moyen-âgeuse, lieu de prière du cimetière, emplacement de l'actuelle Maison des Arts et Loisirs (ou Espace Novarina). Ce petit lieu désaffecté se devait bien d'être restauré pour reprendre vie, même si ce n'était pas sa fonction première.



Et puis je terminerai par ce poème aztèque qui date lui aussi de mille ans. J'y trouve pour ma part beaucoup de nostalgie et de réalisme à l'heure où vos années vous préparent à faire semblant :



Je deviens triste

je ne suis pas plus qu'un poète

regardez mes amis

peut-être bientôt avec des fleurs

serai- je paré

là- bas au royaume des ombres.

Comme je deviens triste !

Seulement comme une fleur

je suis sur cette terre

pour si peu de temps

Nous avons été prêtés les uns aux autres

tirons-en de la joie

mais comme je deviens triste !



Alors chers amis du Cercle continuez encore bien longtemps à nous prêter vos qualités et vos talents artistiques et que le Cercle vive !

Michel Pezon